Épinglé·es 2020 : les actes

L’édition 2020 d’Épinglé·es aura été largement impactée par la situation sanitaire : la journée s’est tenue fin novembre plutôt qu’en mars pour le mois féministe de la Sorbonne, en visioconférence plutôt qu’en chair et en os… Elle a toutefois permis de réunir beaucoup de monde en ligne autour des textes de recherche “épinglés” par les doctorant·es et masterant·es présent·es.

Nous publions, bien longtemps après – la pandémie impacte aussi les temps d’édition des textes – une partie des actes de cette journée.

La première partie de la séance était consacrée au sujet spécifique des “relations entre femmes”. Sujet au large spectre – amitié, rivalité, relations mère-fille, sororité (au sens propre comme au sens figuré), lesbianisme… –,  il était central dans certains des travaux des participant·es, annexe et exploratoire pour d’autres. Partant d’une définition du genre comme construction sociale, la représentation des relations entre femmes ne peut être ni évidente, ni immuable.

En littérature ou au cinéma, par exemple, nous sommes habitué·es à ce que les personnages féminins soient placés dans une situation de rivalité – le plus souvent, de rivalité amoureuse hétérosexuelle –, au point de ne plus percevoir les enjeux politiques qui sous-tendent ces représentations, et leurs possibles transformations : Laure Pérez propose ainsi une analyse des relations entre femmes, entre rivalité et sororité, mises en scène dans le film Tout sur ma mère d’Almodovar. Dans son étude de la pièce Shakespeare’s Sister ou la Vie matérielle, adaptée et mise en scène par Irina Brook à partir de citations tirées d’Une chambre à soi de Virginia Woolf (1929) et de La Vie matérielle de Marguerite Duras (1987), Marie Lecrosnier-Wittkowsky interroge de même les relations qui se tissent entre femmes, et au-delà entre textes et entre époques ; les femmes se font alors “porte-voix” d’autres femmes en analysant une condition partagée. Dans le prolongement de ces interrogations sur les rapports entre vie matérielle des femmes et discours féministes, Valeria Blanc propose une présentation du travail de Marthe Richard.

Les “relations entre femmes”, comme sujet d’étude et en particulier comme sujet d’études artistiques (littéraires, théâtrales et cinématographiques selon ces exemples) n’impliquent pas seulement de s’interroger sur le sens porté par les contenus narratifs eux-mêmes – ce qui est raconté, ce qui est montré. Ce sont les structures mêmes des narrations qui se voient bouleversées. Manon Berthier, s’intéressant aux transgressions du système de genre par ou dans la littérature de fantasy, demande : “Faut-il être lesbienne pour être un personnage féminin héroïque ?” Les analyses narratologiques féministes révèlent que les codes narratifs traditionnels coïncident avec des codes sociaux hétéronormatifs : perturber le système de genre d’une structure narrative conduit peut-être à bouleverser l’ensemble de la structure. Sarah Ghelam, s’intéressant au cas spécifique de la littérature jeunesse et aux processus d’éditorialisation qui cadrent les narrations, montre aussi le rôle fondamental que jouent les paratextes dans le placement idéologique des récits : comment ils intègrent ou au contraire effacent les questions raciales et sexuelles, en l’occurrence.

La seconde partie de la journée a porté plus largement sur les questions de genre (ou de sexisme) qui croisent, parfois au hasard d’une lecture, parfois au quotidien de manière plus structurelle, le parcours de jeunes chercheur·ses. Paul Landron épingle un texte de Jean de Rely de 1480, s’interrogeant sur la représentation qui y est faite de la virginité féminine, sur ses liens avec la construction des valeurs “féminines”. Aurore Turbiau avait proposé une communication développée à partir d’une citation épinglée au hasard d’une lecture : “La critique doit être républicaine, non communautariste” – où le chercheur se défendait d’être homosexuel face à ses collègues et où, tout en raillant les études de genre, il affirmait son droit à analyser l’œuvre de Barthes. Ce propos résonnait fortement, fin 2020, avec les débats médiatiques alors en cours au sujet de la place des études postcoloniales et des études de genre au sein de l’université française, ainsi qu’avec le contexte du vote de la loi de programmation de la recherche portée par la ministre Frédérique Vidal. Théo Millot, proposant une lecture des textes de la philosophe Judith Schlanger sur la manière dont elle a intégré ses grossesses et maternités à son parcours de chercheuse, ouvre la réflexion sur ce signifie encore aujourd’hui, en période d’aggravation des conditions matérielles de la recherche universitaire et de la précarité des chercheurs et chercheuses, être parent chercheur·se.

 

Manon Berthier, Laure Pérez, Aurore Turbiau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search