Paul Landron — Jean de Rély et la virginité comme seule faculté féminine à servir Dieu

Paul Landron. Sorbonne Université – ED 188 – Centre Roland Mousnier (UMR 8596)

Je vous propose d’épingler Jean de Rély (v. 1440 – 1499) dans un extrait de son Traité des trois vœux, rédigé en 14801. Jean de Rély est une grande figure réformatrice, politique et intellectuelle de la fin du XVe siècle dans le royaume de France. Il est dans la décennie 1490 confesseur, aumônier et conseiller du roi Charles VIII et évêque d’Angers. Quand il rédige cet ouvrage en 1480, Jean de Rély est encore chanoine de la cathédrale d’Amiens. Son livre est destiné à fortifier l’engagement dans la vie religieuse d’Antoinette de La Coste, cousine de l’évêque d’Amiens. Le chanoine y fait l’éloge des vœux religieux : chasteté, pauvreté et obéissance. Le quatrième chapitre du traité porte sur les mérites de la virginité. Observant une plus grande valorisation de la virginité chez les saintes que chez les saints, Jean de Rély déclare :

Dessin du monument funéraire de Jean de Rély qui est représenté sur un décor peint, les mains jointes et agenouillé, portant une chape dorée ; Louis Boudan, Le tombeau de Jean de Rély, Collection Gaignières. BnF ms. lat. 17030

Combien que les hommes en cette partie ne seraient pas par aventure tant à louer que les femmes car communément, ils ne sont pas si fort assaillis ni tentés en cette partie. Et aussi les hommes ont occasion plus grande de valoir, de servir et plaire à Dieu en plusieurs autres choses. […] Les hommes sont anoblis par beaucoup d’autres vertus. Les hommes de conseil par éloquence, les hommes de guerre par prouesse, les autres pour savoir lettres ou négocier en grandes marchandises. En chasteté est le principal des vertus des femmes et garder virginité les faits valoir, priser et honorer dessus les autres personnes2.

Dans cet extrait, Jean de Rély développe deux préjugés largement partagés par ses contemporains et par de nombreux écrits, ecclésiastiques et laïcs, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Tout d’abord, les hommes seraient beaucoup plus résistants que les femmes aux appels de la sensualité et de la sexualité3. Moins soumis à la tentation, les hommes n’auraient pas l’obligation de garder leur virginité pour s’assurer d’honorer leur vœu de chasteté. C’est ainsi que Jean de Rély explique le peu de mentions de la virginité des saints personnages dans l’histoire sainte : leur virginité n’a que peu d’intérêt car peu méritante et non essentielle à leur chasteté. A contrario, les vies de saintes regorgent de prouesses pour conserver cette virginité et les jeunes filles destinées à la vie monastique sont encouragées à suivre l’exemple des saintes afin de faciliter l’observance de leur vœu de chasteté. En effet, la faiblesse des femmes face au désir de chair rendrait indispensable cette retenue : la perte de la virginité ne ferait qu’accentuer l’appétit sexuel des jeunes filles qui seraient en grande difficulté pour honorer leur vœu de chasteté en tant que moniales. La virginité est donc indispensable et d’autant plus méritante, et digne d’être saluée, qu’elle est difficile à protéger pour une femme.

Dans un deuxième mouvement, exposant les mérites masculins à servir Dieu, Jean de Rély sous-entend l’incapacité des femmes dans ce domaine. Pauvres en facultés, elles ne peuvent offrir au Christ qu’un seul trésor, leur virginité. Contrairement aux hommes qui peuvent servir Dieu en de multiples occasions (avec ou sans chasteté)4, Jean de Rély semble réduire le champ des possibles féminins en matière de salut et de vie religieuse. La virginité et la chasteté forment l’unique voie de salut. Néanmoins, cette voie est survalorisée, faisant de ces vierges les égales des êtres angéliques5. Quelques pages avant, Jean de Rély exprime la même idée de manière explicite : “vivre en chair sans charnalité est une céleste et non pas vie terrienne. Et qui plus est c’est plus grand mérite d’acquérir vie angélique en chair que de l’avoir sans chair, mère de corruption comme l’ont les anges. Être ange […] c’est félicité mais être vierge c’est vertu. Et aucunement plus grande chose que d’être ange en tant qu’une vierge s’efforce d’obtenir par grâce ce que l’ange a par nature6”.

Les propos de Jean de Rély n’ont rien d’original sur le fond mais la formulation mettant directement en doute les facultés féminines est rare. Généralement, comme a pu le montrer Marcel Bernos, la littérature ecclésiastique sur la vie monastique fait peu de distinction entre les sexes et ne développe pas de discours sur la hiérarchie des sexes7. Par exemple, Girard de Villethierry dans Vie des religieux et des religieuses (1697) ne laisse transparaitre aucune différence dans la manière de concevoir ou traiter les religieuses car il annonce en tête de l’ouvrage “la plupart des pratiques que je propose regardent aussi bien les religieuses que les religieux8”. Dans cet extrait, la pensée théologique de Jean de Rély semble dépassée ou rattrapée par les préjugés de l’époque sur les femmes. Ses affirmations sont moins le résultat d’une réflexion théologique qu’un décalque des lieux communs parcourant la société. On pourrait appliquer à Jean de Rély les conclusions de Marcel Bernos pour les XVIIe et XVIIIe siècles : “La quasi-totalité des théologiens et des moralistes chrétiens […] accepte, sans la discuter beaucoup, l’anthropologie implicite de leur temps. […] Il suinte de tout cela une misogynie ordinaire, pas toujours consciente, ni forcément d’une constante malveillance, mais non dénuée de mépris9”.

Les propos de Jean de Rély s’inscrivent dans un continuum chrétien de valorisation de la virginité féminine. Du christianisme antique au catholicisme de l’époque moderne, le thème de la virginité dans le discours religieux connaît néanmoins des évolutions, perceptibles en partie dans le Traité des trois vœux.

Le christianisme de l’Antiquité, par les écrits de saint Augustin, saint Ambroise et saint Jérôme, exalte la virginité comme état volontaire et parfait. La virginité n’est alors pas une obligation mais un idéal assumé et désiré par quelques élues. Le caractère subversif de l’énoncé est immense : ces femmes qui font profession de virginité le font parfois contre l’avis de leur famille. Le choix de la vierge prévaut sur la loi du Père10). De même, la théologie et la spiritualité du Haut Moyen Âge proposent encore des voies spirituelles en dehors de la virginité, notamment en construisant une image valorisante du mariage conjuguant maternité et sanctification11. En revanche, dans le discours de Jean de Rély, la virginité ne semble plus être le choix d’une élite spirituelle mais une condition sine qua non du salut féminin et de la profession religieuse. La virginité n’est plus volontaire et subversive mais devient une injonction défendue par l’Eglise et la société.

Le thème de la virginité et de la chasteté des religieuses appelle, de manière de plus en plus aiguë au XVIe siècle, la stricte clôture de ces femmes. Cette affirmation progressive de la nécessité de l’enfermement des religieuses, à partir de la fin du XIIIe siècle, et sa systématisation après le concile de Trente12 sont une application des préjugés émis, entre autres, par Jean de Rély. En effet, trop faibles face au désir de chair, les religieuses doivent protéger leur vœu par la virginité et la séparation du monde extérieur. Le thème biblique de l’hortus conclusus (“jardin enclos”), largement utilisé dans les arts médiévaux et modernes, associe clôture et virginité : le jardin clos est image du monastère, de la virginité féminine et de la Vierge Marie. Dans cette logique, le non-respect de cette clôture monastique entraîne irrémédiablement la perte de la virginité et l’éloignement du modèle saint de la mère de Jésus13. La même nécessité de clôture peut aussi se justifier par un argumentaire contraire et tout aussi répandu : il faudrait protéger le monde extérieur de la prédation sexuelle des religieuses tentatrices. Par exemple, Jean Henry dans son Livre de réformation, en 1516, compare les femmes à des orties et à la poix. Au premier contact, les femmes démangent ou irritent la pensée des hommes et enflamment leur concupiscence14.

Si les XVIe et XVIIe siècles, dans le prolongement des propos de Jean de Rély, semblent voir triompher le modèle virginal et clôturé des femmes en religion, d’autres dynamiques sont déjà à l’œuvre dans les sphères religieuses et laïques. Tout d’abord, il ne faut pas minimiser les résistances à la clôture stricte des religieuses, que ce soit de la part des religieuses elles-mêmes face aux courants réformateurs ou de la part de leur famille. De plus, l’imposition de ce modèle n’est pas uniquement l’œuvre des hommes. Le modèle est totalement intériorisé et mis en œuvre par de nombreuses figures réformatrices féminines, que ce soit Colette de Corbie (1381-1447) pour les franciscaines ou Angélique Arnauld (1591-1661) à Port-Royal pour ne citer que des figures célèbres. Enfin, ce modèle est en fait déjà concurrencé, à partir du XVIIe siècle, par d’autres formes15 de vie religieuse féminine pour lesquelles la clôture est allégée afin d’accomplir des œuvres charitables (soin des malades et des pauvres, éducation des jeunes filles) et dont les fondatrices ou les membres n’ont pas obligatoirement de qualités virginales. Par exemple, Jeanne de Chantal (1572-1641), fondatrice de l’ordre de la Visitation, et Louise de Marillac (1591-1660), fondatrice des Filles de la Charité, ont connu la vie maritale et la maternité avant leur profession religieuse. Loin du modèle exposé par Jean de Rély, les XVIIe et XVIIIe siècles voient les prémices d’un mouvement, triomphant au XIXe siècle, qui réinterprète la vie régulière en dehors du seul modèle virginal : exaltation de la vie sociale et de l’action charitable des religieuses au détriment de la fuite du monde, à la suite d’ailleurs des penseurs des Lumières qui épargnaient les sœurs hospitalières ou éducatrices dans leurs virulentes attaques contre le monde monastique. L’action charitable et les vertus religieuses (humilité, amour, dévotion) sont peu à peu perçues comme de plus sûrs mérites et moyens de sanctification et de salut que la seule virginité conservée ou préservée16.

 

Bibliographie

BERNOS (Marcel), Femmes et gens d’Eglise dans la France classique (XVIIe-XVIIIe siècle), Cerf, 2003

COMTE (François) et MATZ (Jean-Michel), Fasti Ecclesiae Gallicanae. Diocèse d’Angers, volume 7, Brepols, 2003, p. 193-197

DALARUN (Jacques), « Chapitre 1 – Regards de clercs » dans Histoire des femmes en Occident. Tome 2. Le Moyen Âge, Perrin, 2002, p. 33-63

DINET-LECOMTE (Marie-Claude), « Du « Bon usage » de la clôture et de l’enfermement dans les établissements charitables aux XVIIe et XVIIIe siècles » dans La femme dans la ville : clôtures choisies, clôtures imposées. Histoire, économie & société, Armand Colin, 24e année, n°3, 2005, p. 355-372

GUIGNET (Philippe), « De la clôture et de ses usages » dans La femme dans la ville : clôtures choisies, clôtures imposées. Histoire, économie & société, Armand Colin, 24e année, n°3, 2005, p. 323-328

HOURS (Bernard), Histoire des ordres religieux, Collection Que sais-je ?, PUF, 2018

LE GALL (Jean-Marie), Les moines au temps des réformes. France (1480-1560), Champ Vallon, 2001

L’HERMITE LECLERQ (Paulette), « Les femmes dans la vie religieuse au Moyen Âge. Un bref bilan bibliographique » dans Clio. Femmes, Genre, Histoire, Belin, 1998, p. 201-216

MEUNIER (Hugo), Le monument funéraire de Jean de Rély à la cathédrale d’Angers [Rapport de recherche], CAPRA, novembre 2016

REYNES (Geneviève), Couvent de femmes. La vie des religieuses cloîtrées dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles, Fayard, 1987

TAZDAIT (Fawzia), « L’idéal de virginité d’après les Pères de l’Eglise latine » dans Topique, n°134, L’Esprit du Temps, 2016, p. 49-62

 

Notes :

  1. Le sujet et le contenu de cette contribution doivent beaucoup aux idées formulées par Jean-Marie Le Gall dans Les moines au temps des réformes. France (1480-1560), Champ Vallon, 2001, p. 306-307. []
  2. Transcription modernisée ; Jean de Rély, Traité des trois vœux, 1480, BnF ms. fr. 1896, fol. 22v°. []
  3. “ils ne sont pas si fort assaillis ni tentés en cette partie…” []
  4. “les hommes ont occasion plus grande de valoir, de servir et plaire à Dieu en plusieurs autres choses…” []
  5. “garder virginité les faits valoir, priser et honorer dessus les autres personnes…” []
  6. Jean de Rély, Traité des trois vœux, 1480, BnF ms. fr. 1896, fol. 18v°. []
  7. Marcel Bernos, Femmes et gens d’Eglise dans la France classique (XVIIe-XVIIIe siècle), Cerf, 2003. []
  8. Girard de Villethierry, Vie des religieux et des religieuses, Chez Antoine Damonneville, Paris, 1697. []
  9. Marcel Bernos, op. cit., p. 342. []
  10. Fawzia Tazdaït, “L’idéal de virginité d’après les Pères de l’Eglise latine” dans Topique, n°134, L’Esprit du Temps, 2016, p. 49-62. []
  11. Jacques Dalarun, “Chapitre 1 – Regards de clercs” dans Histoire des femmes en Occident. Tome 2. Le Moyen Âge, Perrin, 2002, p. 33-63. []
  12. XXVe session du Concile de Trente (novembre 1563) et constitution Circa Pastoralis de Pie V (29 mai 1566) ; pour une synthèse de la vie religieuse féminine, avec ou sans clôture, du Haut Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle, se référer aux chapitres 1 à 7 de Marie-Amélie Le Bourgeois, Les Ursulines d’Anne de Xainctonge (1606). Contribution à l’histoire des communautés religieuses féminines sans clôture, Publications de l’université de Saint-Etienne, 2004. []
  13. Philippe Guignet, “De la clôture et de ses usages” dans La femme dans la ville : clôtures choisies, clôtures imposées. Histoire, économie & société, 2005/3, 24e année, Armand Colin, p. 323-328. []
  14. Jean Henry, Livre de réformation utile et profitable pour toutes les religieuses, 1516, cI (fol. 17) et cIII (fol. 19). []
  15. On peut penser aux Visitandines et aux Ursulines des premiers temps de leur fondation, au cas particulier des Ursulines d’Anne de Xainctonge et aux congrégations séculières comme les Filles de la Charité et les Filles de l’Union chrétienne. []
  16. Marie-Claude Dinet-Lecomte, “Du “Bon usage” de la clôture et de l’enfermement dans les établissements charitables aux XVIIe et XVIIIe siècles” dans La femme dans la ville : clôtures choisies, clôtures imposées. Histoire, économie & société, 2005/3, 24e année, Armand Colin, p. 355-372 ; Bernard Hours, Histoire des ordres religieux, Collection Que sais-je ?, PUF, 2018, chapitres VI et VII. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search