Sarah Ghelam — Où sont les lesbiennes ?

Sarah Ghelam, masterante en Sciences Humaines et Sociales – Métiers du Livre et de l’Édition

 

Masterante en Sciences Humaines et Sociales et spécialisée en Métiers du Livre et de l’Édition, mes recherches ont pour objet l’acte éditorial dans une approche médiologique. J’ai travaillé sur l’énonciation éditoriale de collections jeunesse féministes, et je travaille actuellement sur la représentation racisée dans les albums jeunesse, et sur la possibilité d’un espace narratif racisé et non racisant. Dans cette communication j’aimerais parler de la représentation des personnages lesbiens et racisés sur les couvertures des romans jeunesse publiés en France aujourd’hui.

En janvier 2020, un article a été publié par Planète Diversité : “Les maisons d’édition françaises et leurs choix (révélateurs) de couvertures1”. Il faisait suite à la sortie de Passing Strange chez ActuSf, un roman se déroulant dans le San Francisco des années 1940 avec pour personnages six femmes ouvertement homosexuelles. En publiant la traduction du roman, la maison a choisi de changer de couverture. Sur la couverture originale, on voit clairement qu’il s’agit de deux femmes en train de danser. La couverture française a gardé beaucoup d’éléments de la couverture originale : la fenêtre, la vue sur la ville, la couleur. Mais le couple pourrait paraître hétérosexuel.

En publiant le même récit lesbien, les deux maisons d’éditions ont choisi des couvertures différentes. Pour définir le caractère lesbien d’un récit ou de son illustration dans le cas présent, j’aimerais me reposer sur le travail de Marilyn R. Farwell dans Heterosexual Plots & Lesbian Narratives (1996). Dans son livre, Marilyn R. Farwell développe ce qu’elle appelle l’espace narratif lesbien (“the lesbian narrative space2”). D’après elle, pour qu’un récit soit lesbien, il doit atteindre un point où la déconstruction des codes hétéronormatifs commence. Le caractère lesbien d’un récit ne reposerait donc pas seulement sur l’orientation sexuelle de l’autrice ou des personnages, ou sur la réception à un moment donné d’une œuvre. Un récit serait lesbien à partir du moment où la narration elle-même ne respecterait pas la norme hétérosexuelle (relations amoureuses hétérosexuelles, agentivité des hommes et passivité des femmes, isolement des personnages féminins et réseaux de relations masculines).

Cette définition peut paraître comme allant de soi, pour autant la question du début et des limites de ce que peut être un roman lesbien/gay/queer occupe une partie importante des travaux de Marilyn R. Farwell et de ce livre en particulier.

Dans The Celluloid Closet3 (1981), Vito Russo montre quant à lui comment le code Hays a influencé les représentations queer au cinéma. La représentation de personnages homosexuels au cinéma n’étant pas autorisée jusqu’à la fin des années 1960, l’homosexualité est exprimée en sous-texte. C’est ce qu’on appelle le «queer coding» ou, comme l’a traduit Ariane Temkine, doctorante qui travaille sur ce sujet, l’encodage queer4.

J’ai moi-même rencontré cette théorie de l’espace narratif lesbien en étudiant l’adaptation cinématographique de La couleur pourpre (1982 et 1985) pour mon essai final dans un cours de littérature comparée, Literary Minorities. Il n’y a pas eu tant de changements entre le livre et l’adaptation, mais pourtant, Spielberg a complètement effacé l’ensemble du sous-texte lesbien et queer de l’œuvre. Les trois personnages principaux, dans le roman d’Alice Walker, défient l’hétéronormativité de par leurs comportements respectifs ; il s’agissait donc pour moi d’une œuvre lesbienne, là où le film ne l’est pas. En transposant le récit, en filmant la relation entre femmes comme une amitié forte et platonique, on a perdu son encodage queer. C’est ce qui s’est passé à mes yeux avec cette couverture.

Dans son article “Les conditions sociales de la circulation internationale des idées5” Bourdieu montre que le transfert d’un champ national à un autre se fait à travers une série d’opérations sociales : une opération de sélection et une opération de marquage. L’opération de sélection correspond à la lecture et au choix des textes, mais aussi à leur traduction ; l’opération de marquage, à tout ce qui permet l’identification du livre (la maison d’édition, la collection, le paratexte, etc.). Et, de fait, après avoir subi ces opérations, les romans jeunesse ayant de la “diversité” se retrouvent avec des couvertures qui rentrent dans les codes hétéronormés. C’est ce qu’on peut voir dans l’ensemble des exemples donnés dans l’article de Planète Diversité, mais aussi tous ceux qui ont été dénoncés par la suite. Bien que restreinte en nombre, il existe aujourd’hui une communauté de blogueuses, booktubeuses, bookstagrameuses promouvant une littérature de la “diversité” et condamnant les représentations qu’elles estiment problématiques. Les communautés de fans dénoncent parfois le “queerbaiting», qui est en quelque sorte le pendant du queercoding et qui consiste à ne pas attribuer explicitement d’orientation sexuelle à un personnage, alors même qu’il y a un sous-texte queer important. Cela permet de donner à un public queer une certaine représentation, sans risquer de se mettre à dos qui que ce soit, notamment des investisseurs. Ici il s’agit de publier des récits avec des personnages appartenant à des minorités, sans pour autant que ce soit visible. On peut alors se rendre compte de l’importance de l’intervention des stratégies marketing dans les opérations de marquage. Si l’opération de sélection n’est menée que par les éditeurs et les éditrices, l’opération de marquage, elle, correspond en partie à une stratégie marketing. On choisit, ou non, que le livre soit identifié et identifiable comme texte militant, queer, féministe, etc. Pour autant, les maisons d’édition, quand elles se justifient publiquement n’avancent que des raisons d’identité graphique, sans jamais reconnaître l’absence de couvertures avec des personnages queer et/ou racisés. En voici quelques exemples :

Pour les couvertures des romans de Maurene Goo, les couvertures originales avec des personnages asiatiques de face sont remplacées par des figures de dos.

De façon similaire, la couverture originale de The Reader représente une femme noire de face, qui est remplacée par une fleur pour la couverture française.

On peut retrouver dans la couverture de Tyler Johnson Was Here des éléments des thématiques du roman. Les fleurs viennent casser les codes attendus de la masculinité, et le sweat blanc que porte le personnage visiblement noir fait référence à la mort d’un jeune homme américain, Tyler Johnson, retrouvé portant un vêtement similaire.

La couverture française est toute autre, et perd le codage de la couverture de l’édition originale. De plus, l’utilisation d’une silhouette permet de projeter n’importe quelle couleur de peau sur le personnage – par défaut, un public majoritairement blanc projettera probablement un personnage blanc. Même le titre a été changé pour My Life Matters. Le but paraît assez évident : faire comprendre que la vie de tous importe, et permettre à n’importe quel adolescent de penser que cette histoire est à propos de lui. Mais “My Life Matters” ressemble amèrement à “All Lives Matters” : on peut aussi interpréter ce changement de titre comme une volonté d’effacer la charge politique du roman original6.

Chez Pocket Jeunesse et chez Actes Sud, même problème, le personnage racisé dans le roman apparaît blanc.

Consciente des critiques reçues par sa couverture, l’équipe de Pocket Jeunesse a choisi de modifier la couverture pour la sortie en poche de Winter. Mais en fin de compte, le personnage apparaît tout aussi blanc. Il s’agit d’une photo d’une femme noire, blanchie par retouches.

On peut donc s’apercevoir que les astuces sont multiples pour ne pas représenter de personnages racisés (et surtout noirs) en couverture : choix d’illustrations qui effacent les choix originels des auteurs, ombres, personnages présentés de dos, blanchiment.

Concernant les lesbiennes, je n’ai trouvé que deux couvertures représentant deux personnages féminins ne correspondant pas aux codes hétéronormés dans l’ensemble des catalogues des maisons d’édition jeunesse françaises de 2020.

Et comme vous pouvez le voir, pour The Prom, bien qu’il soit toujours clair dans l’édition française qu’il s’agit d’un couple lesbien, on ne voit plus la couleur de peau présente sur la couverture originale. Pour plus de contexte, le livre est une adaptation d’une comédie musicale produite en 2018. En 2019, Saundra Mitchell publie un roman adapté de la comédie musicale, et l’adaptation cinématographique de Ryan Murphy en est désormais disponible sur Netflix. C’est à l’occasion de cette sortie que le livre a été republié dans sa version originale et traduit dans plusieurs langues. Cela veut dire que la sortie des différentes versions a été simultanée. J’ai pour ma part trouvé la version portugaise, hongroise, danoise, espagnole et allemande. Les versions danoise et allemande ne montrent pas de personnages sur la couverture ; les versions portugaise, hongroise et espagnole ont conservé la couverture originale ; seule l’édition française a choisi de ne pas représenter la couleur de peau des personnages, ne permettant pas d’en voir la différence.

Dans son article “L’acte éditorial : vers une théorie du geste7”, Brigitte Ouvry-Vial revient sur l’historique de l’approche médiologique de l’acte éditorial. Peu présente en France, elle commence à être utilisée, majoritairement dans des travaux de masterant·es8. Elle montre qu’il y a une intentionnalité de l’éditeur·trice qui précède les opérations formelles d’édition (les opérations de sélection mais surtout de marquage présentées par Bourdieu). L’encodage permettrait d’adapter le texte aux pratiques de lecture présumées des lecteurs et lectrices ciblé·es. Cela va de l’éclairage du texte à la création d’un sens tiers. Là où les auteurs et les autrices codent leurs textes pour défier les normes, les maisons d’édition encodent leurs romans pour qu’ils puissent être identifiés par leurs lecteurs et leurs lectrices comme étant publiés pour elleux. Plus précisément pour la littérature jeunesse, l’éditeur a une double cible, celui ou celle qui lit (l’enfant), et celui ou celle qui achète (l’adulte, parent ou non). C’est-à-dire que tout en choisissant de publier des titres avec des personnages lesbiens, queer et/ou racisés – que ce soit par choix éditorial ou choix marketing –, les éditeurs, les éditrices et leur équipe marketing estiment que leurs cibles ne pourraient s’intéresser à de tels livres, et qu’en représentant trop ouvertement ces minorités, ils pourraient effrayer, repousser, leurs potentiel·les acheteurs et acheteuses. Les populations marginalisées ne sont pas considérées comme un lectorat assez important et ne sont donc que très rarement représentées sur les couvertures. Pour revenir au cas des lesbiennes, je pense qu’on pourrait conclure que même si les opérations de sélection permettent à certains textes d’être publiés, les opérations de marquage freinent encore le changement des représentations, et continuent de maquetter les couvertures de telle manière qu’elles ne s’adressent finalement qu’à une majorité privilégiée.

Toujours dans ce même article, Brigitte Ouvry-Vial présente l’acte éditorial comme une situation d’énonciation intégrée au texte, qu’on peut retrouver dans les opérations intellectuelles de son établissement, mais aussi dans la matérialité du livre et dans l’éventuel paratexte. C’est-à-dire que l’intentionnalité éditoriale précède les opérations intellectuelles (la sélection), mais aussi que les opérations formelles (le marquage) se retrouvent directement dans l’objet-livre. Autrement dit, dans le texte, dans le paratexte, et dans leur mise en forme, on retrouve des choix qui sont attribuables à l’éditeur. L’acte éditorial serait donc une situation d’énonciation retrouvable et analysable.

De la même manière que la volonté d’écrire un récit qui déconstruit l’hétéronormativité des normes peut se retrouver dans le texte et dans l’objet-livre, la volonté de s’y conformer, pour les maisons d’édition, s’y retrouve également. Cela rejoint ce que j’avançais sur l’absence de représentation de personnages queer et/ou racisés.

Je dirais pour conclure qu’il ne s’agit pas seulement d’écrire ou même d’éditer plus de livres avec de la “diversité”. Il s’agit de considérer les personnes queer et/ou racisées comme des lecteurs et des lectrices, comme des acteurs et des actrices du livre, et non pas simplement comme de potentiels sujets d’écriture. Seule cette approche permettra une représentation juste dans la littérature jeunesse.

But please consider that “what sells” or “doesn’t sell” can be a self-fulfilling prophecy. If black kids, Hispanics, Indians both Eastern and Western, don’t buy fantasy — which they mostly don’t — could it be because they never see themselves on the cover? — Ursula K. Le Guin9.

 

Pour suivre le travail de Sarah Ghelam, vous pouvez consulter son carnet de recherche : Genre et édition.

 

Corpus primaire :

CHEE (Traci), The Reader, Penguin Books USA, 2016.

—, La lectrice, Robert Laffont, 2017.

COLES (Jay), Tyler Johnson Was Here, Little Brown, 2018.

—, My Life Matters, Hachette, 2018.

GOO (Maurene), I Believe in a Thing Called Love, Farrar, Straus and Giroux, 2017.

—, The Way You Make Me Feel, Farrar, Straus and Giroux, 2018.

—, Un été à emporter, Milan, 2020.

—, 24 épisodes pour lui plaire, Milan, 2020.

KUANG (R. F.), La Guerre du Pavot, Actes Sud, 2018.

KLAGES (Ellen), Passing Strange, Tor.com, 2017.

—, Passing Strange, Actus SF, 2019.

MCQUISTON (Casey), Red, White & Royal Blue, St. Martin’s Griffin, 2019.

MEYER (Marissa), Winter, Pocket Jeunesse, 2016.

—, Winter, Pocket Jeunesse, 2020.

MITCHELL (Saundra), The Prom, Penguin, 2019.

—, The Prom, Politikens Forlag, 2020.

—, The Prom : a festa de formatura, Alt, 2020.

—, The Prom, Pocket Jeunesse, 2020.

—, The Prom : Una novela basada en el exitoso musical de Broadway, Nube de Tinta, 2020.

—, The Prom : A végzős bál, Könyvmolyképző, 2020.

MOSTA (Erin), La Sirène et la Licorne, Rageot, 2018.

 

Corpus secondaire :

ANGELOT (Hélène), BIJOT (Élodie), BILLOT (Pierre) et al., “Chronique “culture jeune”. Le sexisme dans la littérature pour la jeunesse : l’exemple des albums”, Le français aujourd’hui, 2008/4 (n° 163), p. 109-114.

BOURDIEU (Pierre), “Les conditions sociales de la circulation internationale des idées” dans Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, décembre 2002, La circulation internationale des idées, www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2002_num_145_1_2793.

FARWELL (Marilyn R.), Heterosexual Plots and Lesbian Narratives, New York University Press, 1996.

LE GUIN (Ursula K.), “Some Assumptions About Fantasy”, intervention à la BookExpo America le 04/06/2004 à Chicago, reproduite sur le site de l’autrice à l’adresse https://www.ursulakleguin.com/some-assumptions-about-fantasy, consulté le 01/02/2021.

La Booktillaise, “Les couvertures du chaos | Les couvertures dans l’édition FR et leurs importances”, https://youtu.be/EgAbbqvqsio, consulté le 01/02/2021.

Little (Planète Diversité), “Les maisons d’édition françaises et leurs choix (révélateurs) de couvertures”, Planète Diversité, publié le 22/01/2020, https://planetediversite.fr/2020/01/22/les-maisons-dedition-francaises-et-leurs-choix-revelateurs-de-couvertures/, consulté le 01/02/2021.

Nguyen Duyen Delphine, ” “Passage” de la littérature young adult en France : L’exemple des ouvrages de Marie Lu”, master en sociologie, sous la direction de Cécile Cottenet, Marseille, Université Aix-Marseille, 2020.

Ouvry-Vial (Brigitte), “L’acte éditorial : vers une théorie du geste” dans Communication et langages, n°154, 2007, p. 67-82.

RUSSO (Vito), The Celluloid Closet: Homosexuality in the Movies, Harper & Row, 1981.

 

Notes :

  1. Little (Planète Diversité), “Les maisons d’édition françaises et leurs choix (révélateurs) de couvertures”, Planète Diversité, publié le 22/01/2020, https://planetediversite.fr/2020/01/22/les-maisons-dedition-francaises-et-leurs-choix-revelateurs-de-couvertures/, consulté le 01/02 2021. []
  2. Marilyn Farwell,Heterosexual Plots and Lesbian Narratives, New York University Press, 1996, p. 23-25. []
  3. Vito Russo, The Celluloid Closet: Homosexuality in the Movies, Harper & Row, 1981. []
  4. Ariane Temkine, Virus et antidote : le queer coding dans le cinéma d’animation Disney 1937-1999, thèse en cours de préparation sous la direction d’Anne Lafont (Paris, EHESS). Voir aussi, sur l’idée d’encodage (patriarcal en général), son article “Sorcières, Marâtres, Tyrans : Personnages de méchantes dans les longs-métrages d’animation Disney 1937-1989, ou l’incursion en dystopie masculiniste” dans Les Cahiers de l’École du Louvre, 15 | 2020, mis en ligne le 03 novembre 2020, http://journals.openedition.org/cel/10212. []
  5. Pierre Bourdieu, “Les conditions sociales de la circulation internationale des idées” dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, décembre 2002, La circulation internationale des idées, p. 3-8. []
  6. Entre l’événement Epinglé·es 2020 et la publication de cet article, le roman est ressorti en poche chez Livre de Poche Jeunesse sous le titre Tyler Johnson était là et en reprenant la couverture de l’édition originale. []
  7. Brigitte Ouvry-Vial, “L’acte éditorial : vers une théorie du geste” dans Communication et langages, n°154, 2007, p. 67-82. []
  8. Nguyen Duyen Delphine, “Passage” de la littérature young adult en France : L’exemple des ouvrages de Marie Lu, master en sociologie, sous la direction de Cécile Cottenet, Marseille, Université Aix-Marseille, 2020. Disponible sur : https://delphreads.wordpress.com/ []
  9. Ursula K. Le Guin, “Some Assumptions About Fantasy”, intervention à la BookExpo America le 04/06/2004 à Chicago, reproduite sur le site de l’autrice à l’adresse https://www.ursulakleguin.com/some-assumptions-about-fantasy, consulté le 01/02/2021. “Mais considérez que “ce qui se vend” ou “ce qui ne se vend pas” peut être une prophétie autoréalisatrice. Si les enfants noirs, hispaniques, indiens de l’Est ou de l’Ouest, n’achètent pas de fantasy – ce qu’ils ne font pas pour la plupart – cela pourrait être parce qu’ils ne se voient jamais sur la couverture” (traduction personnelle). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search