Épinglé·es 2020 : « Relations entre femmes »

"On se cotise même pour la pause café", F Magazine, n°3, mars 1978, p. 47.

« On se cotise même pour la pause café », F Magazine, n°3, mars 1978, p. 47.

 

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université, en association avec la Brigade d’Actions Féministes en Faveur de l’Égalité (BAFFE), organise la quatrième édition de sa journée jeunes chercheurs·euses autour du sexisme dans la recherche. Elle aura lieu le 28 mars 2020, dans le cadre du mois féministe organisé par la BAFFE autour de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes du 8 mars. Nous lançons deux appels à participation ;

  • Intervention scientifique thématique « Relations entre femmes ». Proposition à soumettre avant le 28 février 2020.
  • Poster scientifique sur le sexisme rencontré dans nos documents de recherche. Proposition à soumettre en deux temps ;
    • 1) envoi d’une courte description / sujet du poster avant le 28
      février 2020 ;
    • 2) envoi du poster en pdf avant le 6 mars 2020.

Vous pouvez répondre à l’un des deux appels, aux deux ou seulement venir en tant que public et participer à notre atelier de réflexion et de création qui aura lieu l’après-midi. Toutes les propositions sont à envoyer sur ce formulaire en ligne.

Vous pouvez nous contacter par mail !

Public ; Ces appels sont adressés aux doctorant·es et masterant·es de Sorbonne Université. Dans les deux cas, nous favorisons la diversité des domaines de recherche représentés !

 

1. Matinée d’étude, « Relations entre femmes »

Nous vous proposons d’aborder dans vos communications tout le spectre des relations entre femmes ; amitié, rivalité, relations mère-fille, sororité (au sens propre comme au sens figuré), lesbianisme… Nous souhaitons interroger ces notions dans une perspective résolument antiessentialiste, qui conçoit le genre comme une construction sociale, et ces relations entre femmes comme n’étant ni évidentes, ni immuables. En littérature ou au cinéma, par exemple, nous sommes habitué·es à ce que les personnages féminins soient placés dans une situation de rivalité – le plus souvent, de rivalité amoureuse hétérosexuelle –, au point de ne plus percevoir les enjeux politiques qui sous-tendent ces représentations, et leurs possibles transformations. Dans l’histoire des femmes, individuelle ou collective, comment passe-t-on d’une non-mixité subie – relégation des femmes et des filles dans certains espaces – à une non-mixité choisie, politique, émancipatrice ? De la rivalité à la solidarité ? La notion de « continuum lesbien », développée par Adrienne Rich dans La contrainte à l’hétérosexualité et autres essais, et entendue comme « un large registre d’expériences […] impliquant une identification aux femmes1 », pourra en ce sens nourrir vos réflexions.

 

2. Poster sur le sexisme dans nos recherches

Un auteur ou un personnage de votre corpus vous étonne par son sexisme ? L’un des faits historiques croisés au cours de vos recherches réveille en vous une vague d’indignation par la misogynie dont il témoigne ? Ou encore vous êtes confronté·e dans vos travaux de recherche à un cas discutable, qui soulève des interrogations quant à ce qui est acceptable ou non dans la représentation des femmes ?

Le principe est simple ; épingler un auteur, un fait, un personnage rencontré dans vos recherches, qui se distingue et s’illustre par son sexisme exemplaire et remarquable ! Ou présenter un cas qui mérite débat.

Chaque intervenant·e proposera un poster (A3 minimum) qui sera exposé tout au long de la journée, avec un temps de présentation succincte en matinée et un temps de discussion. Vous trouverez un peu d’aide pour une méthodologie de poster par ici, ou vous pouvez regarder quelques exemples archivés sur le site (ex. sur le sexisme dans la traduction, citation épinglée de Durkheim…).

 

3. Ateliers de l’après-midi

L’après-midi sera cette année consacrée à la création de zines et à des ateliers d’écriture. Nous invitons les participant·es à venir accompagné·es de documents iconographiques et/ou de textes autour du thème de la journée (relation entre femmes), autour du sexisme dans leurs recherches, ou bien en rapport avec une expérience personnelle relative aux violences sexistes et sexuelles. Pour les étudiant·es de licence, ce sera l’occasion de retravailler avec de jeunes chercheurs·euses les travaux de recherche qui auront été préparés en amont.

  1. Genève-Lausanne, Mamamélis-Nouvelles Questions Féministes, 2010, p. 85. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search